Hansi

si colmarien

L’Alsace commémore ce mois le 70e anniversaire de la disparition du Colmarien Jean-Jacques Waltz, plus connu sous son pseudonyme de « Hansi ». Dessinateur, aquarelliste, militant et conservateur du musée Unterlinden, sa « patte », reconnaissable entre toutes, continue de marquer l’imagerie alsacienne.

En matière d’art, Jean-Jacques attaque… tôt !

Né en 1873, à Colmar, sous le Deuxième Reich allemand, il grandit au sein d’une famille francophile passionnée d’art et d’histoire. Son père André, boucher de formation, devient bibliothécaire de la Ville en 1881, puis conservateur du musée Unterlinden en 1891. Le jeune Jean-Jacques développe très tôt ses talents artistiques, notamment en caricaturant ses professeurs allemands du lycée impérial (actuel lycée Bartholdi) !

Sur sa lancée et crayon en main, il suit – entre 1894 et 1896 – une formation en dessin industriel et en arts décoratifs à Lyon. De retour en Alsace, il travaille comme dessinateur dans le textile… commençant parallèlement à réaliser des aquarelles et des caricatures qu’il signe « Hansi ». Pourquoi Hansi ? Le mystère est levé si l’on traduit son prénom en allemand : « Hans Jakob », Hansi en étant une contraction… Toujours est-il que le succès rencontré lui permet de quitter son emploi et de s’établir comme artiste !

Français et alsacien jusqu’au bout des pinceaux

Le retour de l’Alsace-Lorraine à la France lui inspire deux ouvrages : Le Paradis tricolore (1918) et L’Alsace heureuse (1919). La paix lui permet également de reprendre son travail traditionnel d’illustration de sa région, apaisée et souriante comme dans Colmar en France (1923). Cette même année, il succède à son défunt père comme conservateur du musée Unterlinden.

Dès l’entrée dans la Seconde guerre mondiale, il se replie à Agen. En 1942, il se réfugie en Suisse… d’où il apprend avec bonheur la défaite nazie !

Il regagne sa ville natale en 1946, y passant paisiblement les dernières années de sa vie. Hansi achève alors son Art héraldique en Alsace (1938-1949), magnifiquement aquarellé, et se remémore son enfance dans ses Souvenirs d’un annexé récalcitrant (1950).

Cette figure familière des rues colmariennes s’éteint le 10 juin 1951, à l’âge de 78 ans. La Ville organise des funérailles à la hauteur de celui qui, de l’art, a été l’un des plus beaux ambassadeurs.

Engagé, l’artiste !

Il s’attache alors à représenter une Alsace colorée et pittoresque, désireuse de retrouver la France, comme en témoignent notamment ses publications L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants de France par l’oncle Hansi (1912) et Mon Village (1913). Ces prises de positions lui valent une condamnation à la prison, à laquelle il échappe en s’enfuyant en France. Durant la Première guerre mondiale, il sert l’armée française en tant que traducteur.


1873 | Naissance à Colmar

1913 | Publication de Mon Village

1923-1951 | Conservateur du musée Unterlinden

1939-1946 | Exil en Aquitaine puis en Suisse

1951 | Décès à Colmar

Votre nouveau média d’actualités en direct de votre Ville !

Construit sur la base de la technologie Progressive Web App (PWA), le nouveau dispositif d’information mis en place par la Ville de Colmar est un magazine 100% numérique et 100% mobile et intégralement dédié à l’actualité de la ville.

C.Colmar vise à :

• Informer les habitants sur les politiques publiques avec des contenus adaptés (articles, vidéos, infographies, reportages, etc.)

• Proposer un dispositif média en phase avec les nouveaux usages tels que mobilité et interactivité.

Comment ça marche ?

• une PWA gratuite qui s’actualise en temps réel dès que votre ordinateur, tablette ou smartphone est connecté à Internet

• des articles filtrés par thématique, tags, temps de lecture…

• des réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Instagram

• des notifications (filtrées selon vos goûts) lors de la publication de nouveaux articles

• des alertes en direct pour informer sur des événements tels que pic de pollution, fermeture des piscines…

Plus d'articles
Retour en images

Vous êtes actuellement hors ligne !