Les Colmariens ont du talent

Inspirations

Stéphane Jordan, “Vélo taxi” 

Comment a débuté votre projet ?

Issu d’une formation commerciale, j’ai exercé dans des secteurs différents : téléphonie mobile, chez un pisciniste et à la poste ! Le vélo taxi correspond mieux encore à mes aspirations : discuter avec des personnes différentes en étant à l’air libre. Avec ce moyen de transport écologique, social et dans l’air du temps, je peux être acteur de ma ville.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre activité ?

Mon activité repose sur trois piliers : le transport de personnes, le transport de marchandises… et c’est également un support publicitaire, l’objectif étant de valoriser les commerçants colmariens. 

Mon vélo est modulable et me permet de disposer d’un espace d’un mètre cube pour effectuer des livraisons. Les clients commandent auprès des commerces avec lesquels je suis partenaire, et je me charge de leur livrer leur commande. J’ai en fait initié cette démarche au début du premier confinement, afin d’éviter aux gens d’avoir à se déplacer. Aujourd’hui, je travaille avec trois épiceries, deux « Biocoop », un magasin de jeux vidéo, cinq fleuristes et de nombreux autres commerçants. On peut quasiment tout livrer en « vélo taxi » ! Les clients sont ravis de voir leur commande arriver ainsi…

Malgré cette année particulière pour le lancement de votre activité, quel premier bilan tirez-vous ? 

Même dans le contexte actuel, je suis heureux dans ce que je fais car je l’ai choisi. Le lancement a été difficile, et je ne suis pas à 100 % de mon activité à cause de la crise sanitaire. Cependant, je suis confiant pour l’avenir ! J’ai développé des liens forts avec une clientèle fidèle, qui est à 98 % composée de Colmariennes et de Colmariens. C’est un service pour les habitants avant tout. La plus jeune de mes clientes a 4 ans et demi : je la conduis chez l’orthodontiste puis à l’école ! La plus âgée a 90 ans. Je l’emmène à ses rendez-vous médicaux et pour faire ses courses. J’échange sur l’actualité avec elle, j’effectue de petites réparations chez elle, je suis devenu son petit-fils de substitution. Un lien social essentiel et primordial pour nous deux !

Entre deux confinements, j’ai également pu faire visiter la ville à quelques touristes français et belges en leur montrant les endroits sympas, les musées ou les commerces à ne pas manquer. 

En un an, combien de kilomètres à vélo avez-vous parcourus ? 

Je suis équipé d’une application qui me permet de noter toutes mes courses. D’ici la fin de l’année, j’aurai réalisé 500 courses… et je viens de franchir la barre des 5 000 kilomètres ! 


Bruno Schneider, “Colmarvélo-Vélodocteurs”

Comment votre projet s’est-il développé à Colmar ?

Retraité de la SNCF, je suis Président de l’association depuis février 2013. L’association était initialement scindée en 2 entités: Vélodocteurs, créée en 2011 pour l’autoréparation des vélos, et Colmarvélo, créée en 2012 pour la location de vélos, cette dernière était gérée par la Ville de Colmar. Lors de l’assemblée générale de 2014, nous avons décidé de fusionner les deux entités pour plus de lisibilité. Aujourd’hui, nous avons un véritable atelier et une flotte d’environ 150 vélos !

Quelle est la vocation de l’association ?

« Colmarvélo – Vélodocteurs » a pour vocation de développer la pratique du vélo tout en rendant service aux habitants de Colmar et environs, que ce soit pour la location ou pour la réparation. Les touristes apprécient aussi la possibilité de louer un vélo et, parfois même, de pouvoir réparer leur vélo lorsqu’ils sont arrivés en France avec le leur. Nous louons également des vélos au mois pour les personnes travaillant sur Colmar et se déplaçant en train. Des collectivités, comme le Conseil départemental, nous en demandent même à l’année pour leurs salariés ! Il est également possible de faire graver son vélo, puis de le référencer sur le site Internet de la Fédération française des usagers de la bicyclette. Utile en cas de vol !

Vous proposez un service permettant de réparer son vélo soi-même. En quoi cela consiste-t-il ? 

Pour effectuer une réparation, il faut adhérer au préalable à l’association, avec une cotisation de 5 euros par an. Les adhérents ont ensuite deux solutions : si le membre sait faire seul, il est sur un poste de travail et le mécanicien lui fournit les pièces et les outils dont il a besoin. Il a alors juste les pièces à payer. S’il ne sait pas faire, il assiste simplement à la réparation, le mécanicien expliquant ses manipulations et montrant les pièces qui doivent être changées.

Avez-vous pu observer une évolution des pratiques à vélo ces dernières années à Colmar, et notamment depuis la crise sanitaire ?

Oui ! Il y a un engouement pour le vélo, pour se déplacer, aller au travail ou faire des balades en famille ou entre amis. Depuis le mois de mai, cela s’est encore amplifié car certaines personnes préfèrent le vélo aux transports en commun. Mais avec les confinements, nous n’avons malheureusement pas pu maintenir nos activités. Heureusement, la prime « Coup de pouce » de 120 euros octroyée par l’État pour réparer son vélo a sauvé une partie de l’atelier…


Un parcours atypique ?
Un projet original ?

Transmettez vos idées de portrait à :

Votre nouveau média d’actualités en direct de votre Ville !

Construit sur la base de la technologie Progressive Web App (PWA), le nouveau dispositif d’information mis en place par la Ville de Colmar est un magazine 100% numérique et 100% mobile et intégralement dédié à l’actualité de la ville.

C.Colmar vise à :

• Informer les habitants sur les politiques publiques avec des contenus adaptés (articles, vidéos, infographies, reportages, etc.)

• Proposer un dispositif média en phase avec les nouveaux usages tels que mobilité et interactivité.

Comment ça marche ?

• une PWA gratuite qui s’actualise en temps réel dès que votre ordinateur, tablette ou smartphone est connecté à Internet

• des articles filtrés par thématique, tags, temps de lecture…

• des réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Instagram

• des notifications (filtrées selon vos goûts) lors de la publication de nouveaux articles

• des alertes en direct pour informer sur des événements tels que pic de pollution, fermeture des piscines…

Plus d'articles
La politique jeunesse de la Ville

Vous êtes actuellement hors ligne !