Les Colmariens ont du talent !

Cyril Pallaud, Directeur musical de l’orchestre et du chœur de chambre de Colmar-Alsace

Directeur de l’Orchestre et du Chœur de Chambre de Colmar-Alsace, vous venez d’être nommé Chevalier des arts et des lettres à 35 ans. Quel est votre prochain challenge ?

Nous avons, avec Maître Welschinger (président de l’Orchestre), le projet de redonner leur juste place aux compositrices en développant une saison annuelle de concerts qui leur fera honneur. En effet, le programme d’un concert classique est quasi exclusivement constitué d’œuvres écrites par des hommes. Les créatrices – pourtant de talent – ne sont pas passées à la postérité n’ayant pas eu accès au « privilège » de l’édition. Nous lançons ainsi une première bouteille à la mer en mettant en lumière le travail de la compositrice Marianna Martinez, collègue estimée de Mozart. Cette année, nous allons ainsi recréer Hélène (l’un de ses chefs-d’œuvre), en Première mondiale ! C’est le Théâtre municipal de Colmar qui accueillera l’œuvre, grâce à une belle collaboration avec Daniel Sala, son directeur. Je reviens d’ailleurs de Vienne (de la célèbre salle du MusikVerein connue pour le concert du Nouvel an) où j’ai pu analyser le manuscrit, dont une copie arrivera bientôt à Colmar !

Comment est né votre intérêt pour la musique classique ?

Cette révélation m’est apparue à l’âge de 4 ans, lorsque notre institutrice nous emmena visiter l’orgue de l’église Notre-Dame de Guebwiller. Cet instrument gigantesque et sa complexité mécanique m’ont fasciné. J’ai alors commencé par jouer du piano et, dès que j’ai pu, j’ai appris à jouer de l’orgue. À mes 11 ans, j’ai intégré le conservatoire de Colmar et ai pu participer à plusieurs reprises à l’Académie d’orgue d’Issenheim. Je suis très heureux que mon professeur d’orgue de l’époque, qui m’a tant appris, fasse partie de l’orchestre que je dirige aujourd’hui !

Quel est votre parcours ?

J’ai toujours souhaité faire de la musique mais on ne me destinait pas à ça initialement. Après mon BAC, j’ai ainsi débuté une prépa « math sup ». Au regard de l’investissement requis dans cette filière, j’ai dû mettre entre parenthèse ma pratique musicale ce qui fut le déclic, à 17 ans, pour changer de voie. J’ai alors mené de front des études au Conservatoire (Saint-Maur-des-Fossés puis Bâle) et à l’université (Master d’Histoire et Doctorat de Musicologie).  Après mes études, j’ai enseigné la musique baroque à la faculté de Bordeaux. Aujourd’hui, je dirige l’Orchestre et le Chœur de chambre de Colmar et je suis professeur agrégé de musique au collège Truffaut. En parallèle, je suis l’organiste titulaire de l’église Saint-Guillaume.

Quelles sont les particularités de l’Orchestre et du Chœur de chambre professionnels de Colmar ?

Ils se veulent complémentaires des deux grands orchestres de la région, à la fois l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et l’Orchestre Philarmonique de Strasbourg, qui ont un répertoire principalement tourné vers les 19ème et 20ème siècles. Je mesure la chance que j’ai de diriger l’Orchestre de Colmar et suis très honoré de la confiance accordée par M. le Maire et M. le Maire-Adjoint à la Culture : sans leur soutien et l’accompagnement de tous les services de la Ville rien ne serait possible. 

L’Orchestre est composé d’une trentaine de musiciens et le chœur, de 16 chanteurs. Cet ensemble de plus petite dimension a pour vocation l’interprétation du répertoire baroque (17ème et 18ème siècles).

Nous jouons ainsi sur instruments anciens pour pouvoir se rapprocher des sonorités de l’époque. Les violons modernes, pour exemple, sont aujourd’hui composés de cordes en métal… alors qu’à l’époque de Mozart elles étaient en boyaux d’animaux. Cela ne produit pas du tout le même son car la tension est différente. Mes instrumentistes jouent donc sur des instruments historiques n’ayant pas été modifiés… ou ayant simplement été remis en état. Je dois dire que j’ai une équipe artistique absolument exceptionnelle : les musiciens viennent parfois de très loin (Palerme, Cologne, …) mais ce sont les meilleurs dans le domaine ! Et puis, avec 14 nationalités on a l’impression d’être un monde en miniature lors des répétitions : une phrase commence en anglais, se poursuit en italien et finit en français quand on ne trouve plus le bon terme ! A ce propos, j’ai la chance d’être aidé par une équipe de bénévoles simplement extraordinaire et par une administratrice dynamique car nos projets musicaux nécessitent une logistique très importante. 

Autre particularité : nous défendons l’interprétation historique des œuvres en respectant le plus possible la façon de jouer de l’époque. Comme je dirige à la fois l’orchestre et le chœur, tout deux des ensembles professionnels, je peux – grâce à un travail en symbiose, construire une véritable cohérence sonore… d’autant que le répertoire de la musique baroque fait très souvent appel au couple chœur-orchestre !

Dernier point qui me tient particulièrement à cœur : pérenniser le très beau partenariat avec le Musée Unterlinden, permit grâce à Maitre Cahn, son président. Nous avons eu le grand privilège de chanter aux pieds du Retable pour un concert diffusé ce printemps et espérons pouvoir poursuivre cette union entre musique et peinture, car ces deux arts si complémentaires (l’œil et l’ouïe) ont le même but, nous faire vibrer !

Quelles sont les missions essentielles du chef ? 

L’un des rôles centraux du chef est d’entrer dans la partition, de l’analyser pour ensuite raconter son histoire (sans trahir la pensée de l’auteur) aux musiciens afin qu’ils y adhèrent pour pouvoir l’interpréter avec justesse. Je dois aussi réussir à créer l’alchimie au sein du groupe. Nous sommes là autant dans l’aspect technique qu’émotionnel ! Enfin, lorsqu’on dirige, nous devons traiter une masse d’informations assez extraordinaire et cette stimulation intellectuelle me plaît beaucoup, c’est d’ailleurs un point commun entre la posture de l’organiste et celle du chef, sans doute une des raisons qui explique que je sois les deux… 


Déborah Sellge, élue miss ronde Alsace 2020

À 25 ans, vous êtes engagée dans différents domaines depuis plus de dix ans. Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?

Juriste et conseillère municipale, j’ai su dès la seconde que je voulais faire du droit. C’était une vocation ! J’ai le sens de la justice et je voulais prendre la parole pour les personnes qui n’osent pas le faire. Je suis engagée en politique depuis mes 16 ans. C’est d’ailleurs suite à un échange avec Éric Straumann que j’ai eu envie de me lancer. J’ai rejoint les « jeunes populaires » en 2012 avant de devenir « jeune républicaine ». J’ai ensuite été élue au Parlement alsacien des jeunes pour un mandat de deux ans.

Vous avez été élue miss ronde Alsace 2020. Quelles sont vos motivations ?

Toutes les femmes sont belles, chaque femme ayant sa propre identité. Avec ce titre, je souhaite véhiculer un message : toute femme, quel que soit son physique, peut se sentir belle ! Je suis en contact avec beaucoup de jeunes femmes qui se sont créé une carapace. J’essaie de les aider à s’accepter, à oser s’habiller, avec des couleurs par exemple.


Un parcours atypique ?
Un projet original ?

Transmettez vos idées de portrait à :

Votre nouveau média d’actualités en direct de votre Ville !

Construit sur la base de la technologie Progressive Web App (PWA), le nouveau dispositif d’information mis en place par la Ville de Colmar est un magazine 100% numérique et 100% mobile et intégralement dédié à l’actualité de la ville.

C.Colmar vise à :

• Informer les habitants sur les politiques publiques avec des contenus adaptés (articles, vidéos, infographies, reportages, etc.)

• Proposer un dispositif média en phase avec les nouveaux usages tels que mobilité et interactivité.

Comment ça marche ?

• une PWA gratuite qui s’actualise en temps réel dès que votre ordinateur, tablette ou smartphone est connecté à Internet

• des articles filtrés par thématique, tags, temps de lecture…

• des réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Instagram

• des notifications (filtrées selon vos goûts) lors de la publication de nouveaux articles

• des alertes en direct pour informer sur des événements tels que pic de pollution, fermeture des piscines…

Plus d'articles
Réaménagement

Vous êtes actuellement hors ligne !